Lutte contre la désertification et promotion d’une gestion raisonnée de l’énergie « bois »

1. Depuis plus de 20 ans, CARTO s’est lancé dans la promotion des « foyers améliorés »

petites constructions en terre de termitière mélangée à de la paille, qui permettent une économie de 75% de bois par rapport aux foyers traditionnels appelés « trois pierres ».

Foyer « trois pierres »
« foyers améliorés »

2. La sécheresse de 2006 où nous avons connu un fort déficit pluviométrique (658,7 mm contre une moyenne annuelle de 968 mm sur 25 ans) a entraîné la mort de très nombreux karités sur la propriété.

De plus, les haies vives constituées de cassias seamea ont subi de très nombreuses pertes. En cette année 2017, nombreux également sont les arbres âgés de 5 ans et au –dessous qui n’ont pas résisté à la sécheresse.
Ajouter à ce constat ce qui se passe autour de nous : quotidiennement, de nombreux camions surchargés de bois remontent vers Dapaong qui, comme toutes les villes, est grande consommatrice de bois et de charbon de bois. Il nous paraissait évident que CARTO, en sa qualité de centre de formation devait travailler avec ardeur à endiguer ce fléau de la surconsommation de bois. Nous avons donc commencé une pépinière permanente qui devait nous permettre de remplacer nos arbres morts dans la propriété du Centre de formation, CARTO.

Les stagiaires quittent la pépinière avec des cassias seamea qu’ils vont implanter dans les haies vives du CARTO

Les premiers programmes « SABLES VERTS » 2009 à 2015, ainsi que l’actuel programme, visent à ce que chacun des stagiaires formés reproduise chez lui un « mini-CARTO » en pratiquant la culture en couloirs.

C’est ainsi que nous demandons à chacun d’entourer son champ de jatrophas : cette plante aura un double objectif :

  • constituer une clôture naturelle,
  • fournir de l’huile entrant dans la confection du savon.

Le stagiaire doit aussi implanter des lignes d’arbres utiles afin de constituer des couloirs de cultures. Ces lignes serviront de brise vent, empêcheront l’érosion par les eaux de pluie, fertiliseront le sol par les feuilles et les racines, serviront pour alimenter en énergie bois le foyer amélioré familial.

Depuis le lancement de cette dynamique, l’afflux de demandes de formation nous montre comment cette nouvelle ligne de travail répond à un besoin pour la région. Ces quatre dernières, en plus de la pépinière collective, chacun des stagiaires s’est préparé une pépinière individuelle afin de d’implanter ces jeunes plants dans sa propre ferme. Les réalisations indiquent la motivation de ces paysans.

Des resultats satisfaisants pour le CARTO